Survivre aux 24 Heures du Mans avec Harry Tincknell de Ford Racing

Harry Tincknell n'a peut-être que 24 ans, mais en mars 2016, il a eu l'honneur de devenir pilote d'usine pour Ford Racing dans le FIA ​​WEC et aussi pour les très attendues et prestigieuses 24 Heures du Mans. Avant la course ce week-end, nous avons rencontré Harry pour apprendre ce qu'il faut pour être un pilote d'endurance, et bien sûr un peu plus sur l'homme au volant de la voiture Ford.

harry_full_length_26590928153_o.jpg
Harry Tincknell

CB:Quelles sont les exigences physiologiques de la course aux 24 heures du Mans?

HT: Faire quoi que ce soit pendant 24 heures est difficile et il est clair qu'à un moment donné, vous allez être fatigué et fatigué. Dans notre sport, ce n’est pas tant la fatigue physique que la fatigue mentale, et vous ne voulez vraiment pas ça à 200 mph! À l'intérieur de la voiture, il peut faire très chaud et notre fréquence cardiaque moyenne est d'environ 130 bpm. La température du cockpit peut atteindre 40 degrés, ce qui équivaudrait donc à un jogging régulier de trois heures dans un sauna avec toutes vos combinaisons ignifuges et votre casque. Il y a trois pilotes par voiture et nous faisons tous entre 2 et 4 heures à la fois sur la piste, il est donc essentiel de rester reposé et de récupérer lorsque vous n'êtes pas dans la voiture. Nous avons un gestionnaire de la performance humaine et une équipe de physiothérapeutes qui s'occupent de tous nos besoins lorsque nous sortons de la voiture et nous reconstituons avant d'entrer pour conduire. Nous aurons un massage, nous changerons pour des vêtements propres et un dîner sain. Ils vont alors littéralement nous coucher et nous réveiller environ 50 minutes avant notre retour dans la voiture. À partir de là, nous entrerons dans notre équipement, nous échaufferons et nous étirerons physiquement et mentalement, recevrons nos instructions finales des ingénieurs qui dirigent la voiture, puis montons et conduisons. 24 heures plus tard, j'espère que nous franchirons la ligne d'arrivée en 1ère!



CB:Il est bien documenté en F1 que la forme physique est un élément clé du succès, et nous supposons que c'est similaire en course d'endurance. Quel type d'entraînement physique faites-vous au cours d'une semaine typique?

HT: Je vais faire deux à trois jours par semaine à Pro Performance basé près de Gatwick, un gymnase spécialisé conçu pour les pilotes de course. J'y passerai environ 2,5 heures par séance et nous nous concentrerons vraiment sur les exigences uniques auxquelles un pilote de course est confronté. Nous passons beaucoup de temps à faire du cardio, de la force et des exercices de base. Un autre domaine auquel nous portons une attention particulière est le cou, Pro Performance a conçu ses propres appareils de musculation dans la salle de sport, car nos cous sont soumis à jusqu'à 4G (environ 20 kilos de pression) dans les zones de virage et de freinage difficiles, donc nos cous ont besoin. être beaucoup plus fort que la personne moyenne. Nous devons nous entraîner comme des boxeurs de poids moyen qui sont très maigres et forts mais qui pèsent le moins possible car tout poids supplémentaire doit être transporté dans la voiture avec nous, et lorsque l'équipe dépense des millions de livres par an sur les matériaux les plus légers. ils ne sont pas trop heureux si on arrive à une course de 5kg en surpoids! Pour cette raison, nous avons tendance à faire moins de poids, des séries d'exercices à répétition plus élevée et à faire plus d'exercices basés sur le poids corporel plutôt que de soulever des poids lourds. Cela peut sembler assez à l'étroit dans une voiture de course lorsque vous passez jusqu'à 4 heures à la fois à courir autour d'un circuit et que nous terminons toujours chaque session par une longue étendue et travaillons constamment sur notre flexibilité.

CB:Comment maintenez-vous votre concentration mentale pendant une si longue période pendant une course?

HT: J'essaie de me présenter à la course aussi fraîche que possible car c'est une semaine très épuisante avant même d'arriver à la course. Nous avons beaucoup d'engagements médiatiques, de séances d'autographes, d'essais et de qualifications avant même d'arriver à la course elle-même, et il est très facile de se réveiller le samedi matin en se sentant fatigué. J'ai un échauffement mental que je fais avant de monter dans la voiture et cela implique toujours de parcourir la piste dans ma tête en temps réel, de visualiser chaque virage, chaque marqueur de freinage et le point culminant. Je trouve que cela m'aide vraiment à me mettre à niveau rapidement dès que je suis en piste pour de vrai. Une fois en course, je trouve toujours que le meilleur endroit pour être mentalement est celui où vous ne pensez à rien, juste à la conduite; totalement dans la zone. Si je sens que je commence à sortir de cette zone et que mon esprit commence à réfléchir alors j'essaie de me concentrer sur le prochain marqueur de freinage, que ce soit une planche de 100m, une ligne sur la piste ou un arbre sur le bord de la route, une fois Je suis arrivé et j'ai freiné, je me concentre alors sur le point culminant, le point où je suis le plus proche de l'intérieur du virage, et une fois que j'y parviens, je me concentre sur le point de sortie, la zone où la voiture sera la plus large. Je trouve que si je commence à faire ça pendant quelques tours, j'oublie autre chose et je retombe dans la zone de la conduite, où vous faites de votre mieux.

CB:Comment une journée typique façonne-t-elle pour vous la nourriture et les boissons?

HT: Je commence généralement la journée avec des céréales ou du porridge et des fruits frais, et j’essaie de prendre environ un litre d’eau à bord. Je vais généralement prendre une collation à environ la moitié de 10/11 comme Ryvita avec du beurre de cajou ou une barre énergétique. Pour le déjeuner, j'aime manger plus de glucides avant l'entraînement dans l'après-midi, donc j'ai généralement un plat à base de pâtes, de riz ou de pommes de terre au four avec des protéines, de la salade et des légumes. Après l'entraînement, je vais généralement prendre un shake de récupération de protéines et une pomme ou une orange à grignoter. Le soir, j'essaie de le garder assez léger pour éviter cette sensation de lourdeur et de ballonnement, et j'utilise généralement du poisson (le bar est mon préféré) et beaucoup de légumes. J'essaie de prendre 2/3 litres d'eau tout au long de la journée et je bois une boisson électrolytique SIS lorsque je m'entraîne. S'il y a une occasion de prendre du jus d'orange fraîchement pressé ou un smoothie sain, je n'en serai pas trop loin non plus!

CB:Combien d'heures par semaine passez-vous à vous entraîner dans la voiture?

HT: Le sport automobile est un sport assez unique car ce n'est pas quelque chose que vous pouvez pratiquer tous les jours. Les voitures sont très chères à conduire et demandent beaucoup de préparation avant d'être prêtes à courir sur la piste. Dans la préparation du Mans, nous prévoyons en moyenne 1/2 jours par semaine de pratique en voiture. Cela peut représenter environ 4 heures par conducteur de conduite réelle. En dehors de la piste, il y a beaucoup d'autres préparatifs qui se déroulent avant que nous ne nous présentions aux entraînements ou à la course. Hormis les 1,5 / 2 heures par jour dans la salle de gym, nous passons du temps sur un simulateur avec des fonctionnalités de voiture en temps réel et les pistes sur lesquelles nous courons programmées. Le simulateur est si avancé que nous pouvons perfectionner nos compétences de conduite et également essayer différents réglages sur la voiture, tous les gains que nous constatons sont très étroitement reproduits dans la vie réelle. Ajoutez-le et cela ressemble plus à 7/8 heures par semaine.

CB:Hors de la voiture et loin du sport automobile, comment vous détendre?

HT: Je suis un grand fan de tous les sports et j'aime en regarder et en jouer beaucoup. Je suis de bons amis avec Justin Pipe, top 10 mondial aux fléchettes et Mark Williams, double champion du monde de snooker et j'aime aller les regarder jouer quand je le peux. Ma famille a également une longue histoire dans l'industrie des courses de chevaux et a élevé et possédé des chevaux pendant plusieurs années. Je vois Le Mans comme le plus grand test de l'homme et de la voiture et les courses de chevaux comme le plus grand test de l'homme et de l'animal donc il y a beaucoup de parallèles, vous me trouverez sur un parcours jusqu'à 20 fois par an. Loin de tout cela, j'aime jouer au golf, manger dans de bons restaurants, explorer de nouveaux endroits quand je suis en voyage et retourner dans le Devon où j'ai grandi.

CB:En termes de mode, avez-vous des marques préférées pour le chic et / ou le casual?

HT: Ma copine travaille pour Burberry donc j'ai de la chance car j'ai une grande collection de produits Burberry, chic et décontracté à une très bonne remise! C’est une marque britannique de qualité et j’adore leur style. Hugo Boss est une marque impliquée dans le sport automobile depuis de nombreuses années et je pense que leurs costumes sont super nets et j'ai aussi beaucoup de leurs chemises. J'ai pas mal de paires de jeans et de chinos Armani et leur coupe semble convenir à ma silhouette raisonnablement élancée. J'ai eu la chance d'avoir couru avec des équipes qui ont eu des accords de sponsoring avec des marques de mode et d'accessoires au fil des ans. Quand j'étais avec Nissan, ils étaient sponsorisés par Tag Heuer, donc j'ai une montre Tag Monaco et quand j'ai remporté Le Mans en 2014, l'équipe avec laquelle j'étais à l'époque avait un accord avec la société de lunettes de soleil londonienne Eye Respect, donc j'en ai beaucoup. de paires à la maison aussi!

CB:Pouvez-vous énumérer votre routine de soins de la peau et de toilettage typique? Avez-vous des marques préférées?

HT: Je ne soigne pas ma peau autant que je devrais, je dois prendre l’habitude de le faire plus. Si je suis honnête, j'utilise toujours l'excuse que je suis constamment sur la route et que je n'ai donc jamais le temps de tout faire correctement. J'ai un kit de rasage Clinque et un après-rasage qui m'accompagne partout dans ma trousse de toilette. J'ai une quiff naturelle dans mes cheveux alors je sèche cela et utilise un produit d'argile mate pour leur donner une certaine forme.

CB:Si vous pouviez nous donner un conseil, lié au sport automobile ou non, quel serait-il?

HT: Vous ne sortez que ce que vous mettez. Cela semble un peu cliché, mais j'ai vraiment trouvé que plus vous travaillez dur, plus vous êtes dévoué à faire ce que vous voulez pour réussir, et avoir une attitude de ne jamais dire mourir les clés pour réaliser tout ce que vous voulez accomplir dans la vie.

Nous remercions Harry pour son temps, et lui souhaitons bien sûr la meilleure des chances aux 24 Heures du Mans 2016.